Comment est calculée la retraite des expatriés?

Quand on travaille toute sa vie en France, la retraite est prise en charge par l’état. Il suffit alors de travailler le nombre de trimestres requis pour avoir droit au taux plein. Par contre, comment cela se passe si on travaille une partie de sa vie en dehors de France, voire toute sa vie? Comment est calculée la retraite pour les expatriés? Dans cet article, nous étudierons les différents cas possibles pour répondre à cette question.

Quels sont les différents profils d’expatriés?

Il existe différents profils d’expatriés que nous étudierons en détails dans un prochain article. Concentrons nous aujourd’hui sur les différentes possibilités pour le calcul de la retraite:

  • Expatriés de type « détaché » (les expatriés envoyés depuis la France vers un pays étranger avec un contrat français)
  • V.I.E
  • Expatriés en contrat local (payent leurs taxes au pays d’accueil)
  • Expatriés non salariés (autoentrepreneurs, investisseurs, blogueurs…)
  • autres (il existe surement d’autres possibilités, mais elles seront similaire dans le calcul de la retraite aux possibilités précédentes)

Le calcul de la retraite pour les personnes détachées

Pour les expatriés détachées, la situation est très facile. Ils sont payés par leur entreprise sur un contrat français. Ils cotisent donc à la retraite comme des résidents français classiques. Leurs droits à la retraite seront donc identiques. C’est comme s’ils avaient travaillés en France pendant toutes la durée de l’expatriation.

Comment est calculée la retraite pour les V.I.E?

Pour les V.I.E la situation est aussi très simple, leurs droits de retraites sont pris en compte pendant toutes la durée de leur mission (celle-ci doit être au moins de 6 mois). Pour plus d’informations, le site CIVIWEB est assez clair.

Quelle retraite pour les expatriés en contrats locaux?

Pour les contrats locaux, on va maintenant pouvoir commencer à se gratter la tê. En effet, ce type de contrat n’étant plus reliés à la France, il faut maintenant voir comment va fonctionner le calcul de la retraite.

En contrat local, on peut citer plusieurs possibilités:

  • Le pays hôte a une convention de sécurité sociale avec la France
    • C’est le cas des pays en Europe
    • Hors Europe (voici une liste sur le site de l’assurance retraite)
  • Le pays hôte n’a pas de convention de sécurité sociale avec la France

Les pays avec une convention de sécurité social

Lorsque l’on s’expatrie dans un pays avec une convention de sécurité sociale avec la France, le cas est assez simple. C’est par exemple mon cas aux États-Unis. Si on cotise dans ce type de pays, les trimestres travaillés seront additionnés à ceux effectués en France. On atteint donc l’âge de la retraite en même temps qu’un résident français classique. Je ne vais pas donner un chiffre précis sur l’âge de la retraite, ni sur le nombre de trimestres nécessaires pour atteindre le taux plein. En effet, ces chiffres changent tout le temps et dépendent de votre année de naissance. Par contre je propose de faire un cas concret pour expliquer le concept.

Imaginons que j’ai atteint atteint l’âge de la retraite en France ou dans le pays hôte. Je me demande donc maintenant qu’est-ce que je vais toucher?

Ma situation:

Comme on est dans le cas d’un pays avec convention, je vais ajouter les périodes de ces deux pays et calculer le nombre de trimestres (43 * 4 = 172 trimestres). Si en France il faut avoir cotisé 170 trimestres pour avoir le taux plein et 172 trimestres dans le pays hôte, je suis donc certain d’avoir droit au taux plein.

Entrons maintenant dans la partie du calcul de l’indemnité. Il existe deux calculs:

  • Totalisation – Prorata:

Chaque pays calcule ma retraite au taux plein (comme si vous j’avais fait toute ma carrière dans le même pays). Ensuite, ils font un prorata. Dans mon cas, la France fera 77% de la somme et le pays hôte  fera 23%. Je suis ensuite payé par les deux pays.

  • Calcul séparé:

Chaque pays nous verse notre retraite selon notre nombre de trimestres effectués dans le pays. Dans mon cas, sans élaborer, j’aurais des retraites partielles dans chaque pays car je n’ai pas cotisé assez (moins de 170 trimestres en France et moins de 172 trimestres dans le pays hôte).

Après avoir effectué ces deux calculs, les pays choisiront celui qui est le plus favorable.

Les pays sans convention de sécurité sociale

Dans le cas des pays sans convention de sécurité sociale, la situation est plus dure. En effet, le pays hôte et la France ne vont pas se concerter. On risque alors d’avoir une retraite à taux faible dans les deux pays car on sera loin du nombre de trimestres requis.

Dans quelle case tombent les expatriés non salariés?

Les entrepreneurs, blogueurs, investisseurs,… n’ont généralement pas tous une armée de conseillers ou une entreprise qui les obligent à cotiser pour la retraite. Il est cependant important d’y réfléchir. Globalement, le cas est assez similaire au cas des expatriés en contra local. Le non salariés aura le choix de cotiser pour la retraite sous différentes caisses et le calcul suivra les mêmes principes que sous contrat local. La grande différence résidera dans la volonté de se faire bien conseiller pour comprendre ces caisses et choisir la bonne (en France et/ou à l’étranger). Dans certains pays, par exemple lorsque j’étais à Singapour, il n’est pas obligatoire de cotiser à la retraite. Contrairement aux USA ou en France, à Singapour, on peut donc travailler sans payer de retraite ni en France, ni dans son pays d’accueil. Pour y remédier, on peut choisir par exemple:

  • Investir pour préparer sa retraite
  • Épargner assez si on a peur d’investir
  • Cotiser à une caisse privée (française ou étrangère)
  • Cotiser à la CFE (Caisse des Français à l’Étranger)

Pour résumer

J’aimerais finir en rappelant que les droits, l’âge de départ à la retraite, etc… varient d’années en années, cependant il est important pour tout expatriés d’y penser. En France, que l’on soit pour ou contre, on nous force à cotiser ce qui a le mérite de simplifier la question. Par contre, une fois expatrié, on a plus de choix possibles, il faut donc éviter de tomber dans le « je verrai plus tard ».

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de