Comment négocier son salaire de départ à l’étranger?

Quand on commence à vouloir s’expatrier, beaucoup de questions nous viennent à l’esprit. Quels sont les paramètres à prendre en compte pour négocier son départ à l’étranger? Expat ou contrat local, comment faire pour ne pas perdre en salaire lorsqu’on change de pays? Comment bien comparer son salaire actuel au futur salaire? Dans cet article nous donnerons une check-list des paramètres à prendre en compte pour bien négocier son salaire de départ ou son contrat local d’arrivée.

Comment comparer des salaires dans deux pays différents?

Comparaison apple with apple
Comparer ce qui est comparable

En anglais, l’expression « compare apples with apples » est je pense parfaitement adaptée à cette question. Pour améliorer ses chances dans la négociation et pour éviter de graves erreurs, il faut pouvoir comparer son futur salaire avec l’actuel. Si on ne travaille pas actuellement, on peut tout simplement prendre le salaire que l’on pense pouvoir toucher en France si on était embauché. Pour répondre à cette question, je pense qu’il y a trois grands axes:

  • Le coût de la vie dans le pays d’expatriation
  • Les prestations sociales actuelles
  • Les impôts

On commencera par calculer la différence de coût de la vie entre son pays de départ et le pays d’expatriation puis les différences de prestations sociales. Ainsi, on pourra réellement calculer le salaire minimal qui nous permettra de conserver notre niveau de vie actuel.

Comment calculer le coût de la vie dans le pays d’expatriation?

Pourquoi comparer le coût de la vie entre son pays de départ et son futur pays d’expatriation? Cette question est très importante: si on passe d’un pays au coût de la vie faible à un pays au coût de la vie élevé, il faudra mécaniquement gagner plus d’argent pour garder un niveau de vie identique. De la même façon, si on déménage d’une ville de province pour Paris, il faudra négocier son salaire à la hausse pour pouvoir garder un appartement de taille identique ainsi que ses loisirs… Il existe de nombreux sites internet qui proposent des comparaisons de coût de la vie.

Comparaison entre Singapour et Atlanta

Ce genre de sites permettent de rapidement se faire une idée sur le coût de la vie dans le pays d’expatriation. Je pense que leur check-list est valable mais cependant un peu compliquée.

Liste simplifiée des points à comparer absolument:

  • Location de l’appartement (sauf si appartement de fonction)
  • Nourriture:
    • Supermarchés (surtout si on veut acheter du fromage et du bon vin)
    • Restaurants
  • Transports:
    • Voiture de fonction ou faut-il en acheter une ? (plus assurance auto)
    • Transports publics (même si on aime se plaindre de la RATP ou SNCF, les transports à l’étranger sont parfois plus chers)
    • Coût du déménagement (Aller et retour si non pris en charge, frais anticipés de fin de bail, revente à perte de son véhicule,…)
  • Loisirs:
    • Salle de sport/tennis/Yoga (combien cela coutera de continuer votre passion)
    • Voyages (vous allez forcement voyager plus fréquemment pour découvrir le pays et sa région)
    • Allers/Retours en France pour voir votre famille/amis (combien de fois voulez vous rentrer en France?)
  • Dépenses du quotidien

Exemples de dépenses:

Dans mon cas, une dépense que j’avais mal évaluée entre Singapour et Atlanta a été les voyages. En effet, les vols aux États-Unis ainsi que les hôtels sont beaucoup plus chers qu’en Asie. Même si on ne négocie pas son salaire en disant que l’on a besoin de plus pour financer ses vacances, c’est important de l’avoir en tête. Une fois que l’on a établie cette liste, il faut prendre ses dépenses actuelles et les convertir en dépenses futures.

Par exemple si on dépense actuellement 1,500 euros de loyer pour un T2 en France et que l’on veut habiter à Manhattan. Il faudra budgéter 4,000 euros de loyer futur. On fera ensuite le même calcul pour tous ses postes de dépenses actuels et futurs (ne pas oublier les voyages, A/R en France,…) pour obtenir un budget dans le pays d’expatriation.

Si on ne sait pas connait pas les prix dans le pays d’expatriation, il suffit de regarder:

  • Les groupes Facebook dans le pays ou la ville cible,
  • Les agences de location locales pour les loyers (attention, les expats vivent souvent dans des quartiers particuliers qui sont plus chers)
  • Les compagnies aériennes pour les vols
  • Les sites internet des clubs de sports
  • Les sites de livraisons en ligne pour les courses

Une fois ce budget établi, il est maintenant plus facile de savoir comment négocier son salaire pour garder son train de vie actuel. Cependant, ce n’est pas encore fini. Cette première étape est la plus importante, mais elle ne doit pas occulter les deux suivantes.

Comment comparer les prestations sociales?

Cette partie sera plus importante pour les personnes s’expatriant pour la première fois. En effet, quand on est français, on se souvient souvent de tous les impôts (cf partie suivante) mais moins de tous les avantages que l’on a en vivant en France. Pour comparer notre salaire actuel à celui que l’on veut négocier, il faut donc ajouter le coût des prestations sociales que l’on va devoir payer. Par exemple, si on doit cotiser soit même à la retraite, il faut rajouter le coût de la CFE (Caisse des Français de l’Étranger). Ou encore, l’assurance maladie si elle n’est pas totalement prise en charge par l’employeur. Voici une liste non exhaustive des futures dépenses auxquelles on peut penser avant de s’expatrier (varie entre un contrat d’expatrié et local):

  • Retraite (environ 600 euros par mois)
  • Assurance maladie (pour toute la famille si non prise en charge par l’employeur)
  • Écoles pour les enfants (les prix varient en fonction des pays, mais les écoles internationales coutent souvent très cher)
  • Chômage (il faut se constituer une épargne de secours car on ne touchera souvent rien en cas de licenciement)
  • Vacances (on aura souvent moins de congés et il faudra en poser sans solde pour garder un rythme de vie français)

Exemples de comparaison:

Toutes ses dépenses sont généralement amplifiées pour les familles nombreuses. Surtout quand une personne du couple perd son travail en France pour suivre son/sa conjoint(e).

Par exemple, un jeune n’aura pas de frais d’école, des coûts faibles d’assurance maladie et une faible inquiétude de se retrouver au chômage longuement si l’expérience tourne mal. Par contre, un couple un peu plus âgé, avec des enfants aura besoin de tout payer si l’employeur ne prend pas tout en charge.

Singapour Merlion
Singapour: vue de la Skyline et du fameux Merlion

C’est pour cela que plus on a d’enfants et plus on est âgé, moins le contrat local est intéressant. Par exemple, un couple gagnant 4,500 euros net en France et ayant deux enfants, n’aura aucun intérêt à accepter un salaire de 6,000 euros à Singapour en contrat local. En effet, une fois payé le loyer, les frais de scolarité, l’assurance maladie et retraite, l’épargne de secours; il ne luis restera plus rien pour vivre.

Comment calculer ses impôts?

Impôts dans le pays d’expatriation:

En général, les pays d’expatriation sont souvent plus généreux que la France sur les impôts. Cependant, il faut les prendre en compte pour être sûr de ce que l’on obtiendra sur son compte bancaire. Il faut s’informer des coutumes locales et ne pas hésiter à clarifier le salaire négocié. En effet, il serait regrettable de ne s’apercevoir qu’après réception du contrat que l’on a négocié son salaire en brut en pensant que c’était du net. Attention aussi, aux mauvaises surprises à la fin de l’année. Souvent les frais de déménagement, primes de déplacement, nuits d’hôtels à l’arrivée, sont des avantages en nature que les pays peuvent taxer. Il faudra donc le clarifier, car l’imposition sur plusieurs dizaines de milliers d’euros n’est souvent pas négligeable.

Impôts en France:

Un deuxième point important sont les impôts en France. En effet, il est important de s’informer avec un fiscaliste spécialisé sur les expatriés. On pourra réfléchir à la taxation des revenus français une fois que l’on ne sera pus résident fiscal français. C’est surtout important pour les États Unis. Ceux-ci taxent tous les revenus, même ceux provenant de l’étranger (assurance vie, investissements immobilier, actions, business…). De plus, il ne faudra pas oublier d’évaluer les niches fiscales utilisées en France car elles pourront disparaitre une fois la perte de résidence.

Comment négocier son salaire efficacement?

Maintenant que l’on a listé tous les futurs postes de dépenses et que l’on compare bien son salaire net en France avec le salaire net dans le pays d’expatriation, on peut commencer à négocier son salaire de façon efficace. Je ne vais pas faire une partie sur comment bien négocier, car il suffit de chercher sur Youtube ou des blogs sur comment booster ses chances d’embauche. Par contre, je vais rappeler que contrairement à une embauche classique, il faudra obtenir beaucoup plus d’avantages en nature. Tous les coûts listés précédemment peuvent être potentiellement négociés. Il est parfois plus facile aux RH de financer une prime ou avantage que de vous augmenter de x%. De plus, il ne faudra pas oublier la question du retour (pour les contrat d’expat), quels postes m’attendent dans 3-5 ans, qui financera le déménagement,… Toutes les clauses, avantages, doivent être signés et documentés car sur 3-5 ans, les managers changent et on ne peut pas se fier au « gentlemen’s agreement ».

Check-list pour calculer son salaire:

  • Coût de la vie:
    • Location de l’appartement
    • Nourriture
    • Transports
    • Loisirs
    • Dépenses du quotidien
  • Prestations sociales:
    • Retraite
    • Assurance maladie
    • École
    • Chômage
    • Vacances
  • Impôts:
    • Dans le pays d’expatriation
    • En France

J’espère que cet article sera utile. N’hésitez pas à me dire si j’ai oublié des postes de dépenses ou des points de négociation!

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de